Ligne B : le tracé se dessine

 

Attendu de longue date, le tracé de la seconde ligne de tram se précise. Les élus de la Ville de Tours étaient réunis lundi soir en commission générale pour s’exprimer sur le passage en centre-ville, alors que leurs homologues chambraisiens ont défini la desserte de l’hôpital Trousseau.

Béranger en tête

5 mois après la fin de la concertation publique, les élus de la Ville de Tours se réunissaient hier soir en commission générale afin de mettre fin au débat entourant la desserte du centre-ville. Cette rencontre fermée au public fait suite à une demande la Métropole. Rappelons qu’elle n’avait pas souhaité se prononcer au sujet de cet épineux dossier.

A l’image de ces derniers mois, les échanges entre les partisans du boulevard Béranger et ceux du boulevard Jean Royer ont été vifs. Ce n’est finalement qu’au bout de 3 heures de discussion que les 53 élus présents ont pu prendre part au vote. Le boulevard Béranger a recueilli 31 voix, le boulevard Jean Royer 15 ainsi que 2 abstentions des élus du Rassemblement National et 5 élus n’ont pas souhaité prendre part au vote. Une décision que justifie Nicolas Gautreau (Les Démocrates) en dénonçant de « sérieuses failles durant le processus de concertation, notamment avec le CHU et l’Université, et l’absence d’une vision globale du projet« , tout en rappelant « l’immobilisme entourant le futur éco-quartier des casernes Beaumont-Chauveau ». Ce qui n’est encore qu’une friche de 10 hectares sera bientôt traversé par la seconde ligne de tramway.

Du côté de la majorité, ce résultat semble être en adéquation avec la volonté municipale. Le maire de Tours, Christophe Bouchet, a rappelé l’existence d’un consensus dans « les grands axes, comme la réduction en douceur de la place de la voiture en ville ». Il se veut aussi rassurant quant à l’avenir du mail du boulevard Béranger, « seuls les 35 arbres en double rangée seront concernés ».

Des arbres qui inquiètent

Un avis que ne partage pas l’instigateur de la pétition en faveur du boulevard Jean Royer, Richard Moreau. Il pense que cette construction menacerait, à terme, l’intégralité des arbres en endommageant irrémédiablement leurs racines. Il regrette que la phase de concertation « n’ait été qu’une étape légale, sans réelle écoute de la parole des tourangeaux ».

Trousseau desservi en son coeur

Bien que moins médiatisés, les élus de la Ville de Chambray-lès-Tours devaient eux aussi se prononcer hier soir sur le tracé de la future ligne. Ils s’intéressaient à la desserte de l’hôpital Trousseau. 2 options s’offraient à eux. Un passage en ligne droite par l’avenue de la République ou une entrée dans l’enceinte hospitalière. En accord avec le CHU, cette dernière solution a eu leur faveur. « Ce décroché va permettre une liaison avec la future navette autonome de Trousseau, tout en maintenant la fluidité de la circulation sur l’avenue de La République », indique le maire de la commune, Christian Gatard.

  • 15
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *