Ligne B : le casse-tête du centre-ville de Tours

A l’automne 2018, les élus tourangeaux votaient en faveur d’un passage de la deuxième ligne de tramway par le boulevard Béranger. 2 ans plus tard, peu de choses semblent avoir évolué, mais l’annonce du tracé définitif serait imminente. La raison de ce retard ? La desserte de l’hyper-centre de Tours donne du fil à retordre aux équipes techniques. Entre le réaménagement de la place Jean Jaurès ou la coupe d’arbres sur le boulevard Heurteloup, l’arbitrage s’annonce compliqué.

Le tracé de principe d’une ligne B reliant Chambray-lès-Tours à La Riche a été figé en 2017 par le Conseil métropolitain. Nul ne se doutait qu’il faudrait attendre encore 3 ans pour en connaître les contours exacts. Les contraintes d’insertion sont limitées pour la branche sud Verdun-Papoterie et seule la desserte du quartier des Fontaines doit d’être affinée. La situation est tout autre pour son pendant ouest “Jean Jaurès-Bords de Loire”.

Si les nombreuses expropriations prévues le long des 500 mètres de la rue de la Mairie à la Riche – qui plombent le budget total estimé à 500 millions d’euros – ont beaucoup fait parler d’elles ces derniers temps, c’est à présent vers le centre-ville de Tours que tous les regards se tournent.

La rue de Mairie devrait être métamorphosée avec l’arrivée du tram

En arrivant par le sud, ce nouvel axe structurant partagera ses voies avec la ligne A à partir du carrefour de Verdun et dans sa traversée du quartier du Sanitas. Sa déconnexion au réseau actuel dans l’hyper-centre de Tours est le noeud du problème. “Le tracé dans la ville de Tours n’était pas aussi mature qu’à La Riche ou Chambray” explique Christophe Boulanger, nouveau vice-président métropolitain en charge des mobilités. Dès lors, 2 solutions ont été envisagées par les ingénieurs du groupement SET-Transamo.

Un nouveau visage pour la place Jean Jaurès ?

La première consiste en un décrochage à hauteur de la place Jean Jaurès. Un aiguillage serait installé entre les 2 fontaines, ce qui permettrait au tramway de tourner en direction du boulevard Béranger. Une artère où son insertion a par ailleurs été revue afin de mieux protéger le mail arboré qui devait être cerné de part et d’autre par les 2 voies ferrées. Une annonce qui avait suscité de vives craintes pour le patrimoine arboré. Le nouveau plan prévoit de construire l’intégralité de la plateforme tramway au nord de la promenade, tandis que la circulation automobile serait reportée au sud. A cette occasion, la voirie sera mise en double sens et des stationnements seront conservés.

L’embranchement de la place Jean Jaurès transformerait la configuration des lieux

Bien que séduisante sur le papier, la variante Jean Jaurès entraînerait inexorablement un réaménagement en profondeur de cette place historique dont le visage n’a guère évolué depuis la seconde moitié du XIXe siècle. Un pari politique osé. Peut-être un peu trop risqué pour une ville peu encline aux grandes transformations…

La variante de la Gare privilégiée, au détriment des arbres

Les contraintes étant multiples dans ce secteur sauvegardé, il faut se rendre à la gare de Tours pour découvrir l’unique alternative possible. Déjà proposée à la concertation publique en 2018, cette solution inclut la pose d’un aiguillage dans la courbe de la rue Charles Gille. Le tramway pourrait ainsi s’insérer sans grande difficulté sur l’actuelle esplanade piétonne située devant Le Grand Hôtel et l’ancien Simply Market.

La ligne B devrait emprunter l’actuelle esplanade piétonne de la place du Général Leclerc

Les choses se corsent dans la giration en direction de l’hôtel de ville. Comme expliqué précédemment pour le boulevard Béranger – dont l’intégration reste inchangée avec cette configuration – les voies du tram rejoindront directement la partie nord du boulevard Heurteloup. Seul problème, des arbres centenaires se trouvent sur leur chemin. Ils devront être coupés.

400 mètres de voies nouvelles devront être construites

Une décision délicate pour la nouvelle municipalité écologiste, mais qui est assumée par l’adjointe aux mobilités, Armelle Gallot-Lavallée. “On regrette de devoir abattre des platanes en bonne santé, mais si ça permet d’avoir des transports plus propres et de limiter la pollution… Nous prévoyons d’ailleurs de planter 30 000 arbres dans la ville pendant le mandat” relate-t-elle dans les colonnes de 37°. Dans ces conditions, une nouvelle station “Jean Jaurès” perpendiculaire devra être construite. Ses 2 quais pourraient être séparés. L’un se situant devant le palais de justice, l’autre devant l’hôtel de ville.

Ce tronçon du boulevard Heurteloup accueille traditionnellement le marché de Noël

Un échéancier aussi serré que son financement

Vous l’aurez compris, la ligne B n’a pas fini de faire couler de l’encre. Wilfried Schwartz, président de Tours Métropole Val de Loire, confirmait encore récemment sa volonté de l’inaugurer avant la fin 2025. Le retard accumulé fait que l’échéancier est désormais particulièrement serré. Pour être respecté, les travaux devront commencer d’ici 2 ans. Entre temps, la déclaration d’utilité publique devra être obtenue.

Ajoutons à cela un contexte économique difficile. Nous apprenions hier dans La Nouvelle République que le projet n’était pas présent dans le contrat de plan Etat-Région 2021-2027 en l’absence d’un volet “mobilités”. Il constituait pourtant une source de financement non négligeable. De là à penser que la ligne B ne verra peut-être pas le jour sous sa forme définitive en 2025, il n’y a qu’un pas. “Il ne faut pas s’interdire de réfléchir à un phasage de la réalisation” reconnaissait cette semaine Christophe Boulanger. Nous devrions en savoir davantage très prochainement.

Suivez toute l’actualité du tramway de Tours sur Facebook et Twitter !

  • 295
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

8 réflexions au sujet de « Ligne B : le casse-tête du centre-ville de Tours »

  1. Nous apprenions hier dans La Nouvelle République que le projet n’était pas présent dans le contrat de plan Etat-Région 2021-2027 en l’absence d’un volet “mobilités”.

    Ce n’est pas anodin, encore une fois cette région artificielle dirigée par F. Bonneau empêche Tours d’avancer.

  2. Faux arreter de betonner Parton et de couper des arbre pours le future tramway b et pours construire une residence hlm a tours NORDS dans un bois classes. Apparament le probleme qui ses passer dans les alpe maritime. Ne change rien que tous le monde continue de betonner et reduire la capaciter dabsorbtion de leau pluie en ville et a la force de renvoyer leau pluie par canalisation dans la loire .sa va finir par avoir une castatrophe si un jours on subit le meme phenomena que les alpe maritime. Ou beaucoup de pluie ne pas oublier que la loire peux deborder via les egou ses pour sa qu il a eu traveaux avec une retention dans le quartier le long de la rue edouart vaillant.

  3. Ça paraît bien compliqué tout ça ,et onéreux , sans parler des risques futurs d’inondations …..A t’on pensé à utiliser des ” Superbus” comme à Nantes … ça vaut peut-être le coup d’y réfléchir même si celà paraît un peu tard…

    • En effet, l’une des 2 solutions est moins onéreuse, mais vous aurez compris que ce n’est pas celle qui est privilégiée pour l’heure. En ce qui concerne le matériel roulant, son choix est guidé par la fréquentation attendue, car tramway et bus à haut niveau service (comme à Nantes) ne disposent pas de la même capacité.

      Pour le BHNS, il est nécessaire d’avoir plus de 20 000 voyages/jours. Pour le tramway, ce chiffre s’élève à 35 000 voyages/jours. Dans le cas de la ligne B, 39 100 voyages/jours sont attendus. Une projection qui peut être sous-estimée, comme ce fut le cas avec la première ligne. Autant dire que la question ne se pose pas. Et c’est sans parler du pouvoir accru du tramway sur le réaménagement de l’espace urbain…

      • Votre réponse ne souffre d’aucune critique.
        Sauf que c’est au bas mot 500 millions qui devront trouver finance, alors qu’à ce jour, nous n’avons toujours pas de salle de spectacle digne de ce nom ni d’Arena.
        Que dire du périphérique qui n’est toujours pas fini.
        Alors, vos écrits frisent l’indécence…

        • Il est toujours regrettable de commenter un article avant de l’avoir lu puisqu’il est justement question du budget de 500 millions d’euros dès le second paragraphe (!). Nous déplorons par ailleurs les nombreuses expropriations qui alourdissent considérablement cette enveloppe.

          La seconde de ligne de tramway et l’hypothétique “arena” sont 2 projets qui ne sont aucunement liés et dont les sources de financement diffèrent. Gageons que l’un d’eux ait un effet plus direct sur le quotidien et le milieu de vie des Tourangeaux…

          Quant au périphérique, si son prolongement n’aboutit pas, vous vous doutez que cela n’est pas totalement dû au hasard. Promouvoir un investissement routier qui aurait pour conséquences de détruire des zones naturelles, d’artificialiser les sols, d’encourager le recours à la voiture (et donc à l’autosolisme) tout en augmentant les pollutions visuelles, atmosphériques et sonores n’est certainement pas une priorité. D’autant plus qu’il ne règlerait aucun problème de circulation puisque l’ensemble des chercheurs et ingénieurs sont unanimes sur le fait que le volume du trafic augmente avec la construction de voies nouvelles. Ce phénomène a même un nom : le trafic induit ou paradoxe de Braess. En 2020, là est sans doute l’indécence.

  4. Merci pour votre article que je trouve très clair et juste.
    Lorsqu’Armelle G-L dit, pour justifier l’abattage de platanes en bonne santé, que cette ligne de tramway passant par le boulevard Béranger sera bonne pour “diminuer la pollution”, aurait-elle oublié que les arbres existant sont justement là pour ça ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *